Kassav fait monter la température au Parc du vissoir à Trélazé.

Les inscriptions du temps qui passe sont certes  visibles, mais celui-ci n’a en rien entamé leur joie d’être ensembles sur scène, ni imposé quelques restrictions quant à leur mobilité (activité sur scène), et leur prestance naturelle est restée intacte.

Bientôt 40 ans de présence et d’activité planétaires, le groupe n’a pas varié d’un iota quant à l’objectif qui était le sien: faire connaitre le zouk en demeurant soi-même. C’est-à-dire chanter en créole et faire passer toutes les émotions et la magie des messages. Pari réussi, malgré les sautes humeurs d’une certaine presse hexagonale, qui avait maille à partir avec ce choix et daignait à peine prêter attention à ces voix qui ailleurs dans le monde, sont adulées pourtant.

©Tribune2lartiste.com/Kassav

©Tribune2lartiste.com/Kassav

 

Hier soir encore, c’est au parc du vissoir dans le cadre du Festival estival de Trélazé, que le plus grand groupe de France de tous les temps a montré qu’il est inoxydable, gratifiant l’immense public d’un show de très bonne facture. L’exigence physique que requièrent les prestations de Kassav, ce qui a été encore le cas durant les 90 minutes, a davantage su mettre en valeur la qualité du spectacle.

Aux presque 27 degrés qu’il faisait hier avant le début du concert, Kassav a dû en rajouter une dizaine, mais pour le plus grand bonheur des spectateurs qui ont su vibrer et su répondre positivement à cet appel de communion musicale.