Grandiose, le mot qui décrit la soirée offerte par Jan Garbarek et Trilok Gurtu au FJ5C.

S’il y a un mot pour résumer et définir la soirée d’hier sur la scène Silvain au Festival Jazz des Cinq Continents (FJ5C) avec Jan Garbarek et Trilok Gurtu, c’est bien le mot : Grandiose.

Il y a des signes qui ne trompent pas après un spectacle. La mine des spectateurs et leurs commentaires. Une banane qui traverse le visage et un commentaire qui ne se limite qu’à un mot, rien qu’un mot pour décrire le spectacle.

Yuri-Jan-Trilok-Rainer /©Tribune2lartiste.com

Yuri-Jan-Trilok-Rainer /©Tribune2lartiste.com

 

Et hier, C’est avec cette banane qui fendillait et illuminait le visage des 1600 personnes qui se sont rendues au show du saxophoniste norvégien et du rythmicien indien Trilok Gurtu quittaient le lieu, le pas allégé et avec pour seul mot en guise de résumé de la soirée : Grandiose.

Le passage de Jan Gabarek et Trilok Gurtu aux côtés des Yuri Daniel à la Basse et de Rainer Brüninghaus au piano a relancé et su donner du peps à un festival dont le départ a été quelque peu timide. L’éclectisme, l’esthétique et le dynamique de leurs offres musicale et scénique ont enflammé le théâtre. Les joutes Garbarek-Trilok, les solos de Yuri, de Rainer ou de Tablâ (aka Trilok Gurtu), prennent de véritables allures de spectacle dans le spectacle. La performance et le beau ont été au rendez-vous.

Yuri-Jan-Trilok-Rainer /©Tribune2lartiste.com

Yuri-Jan-Trilok-Rainer /©Tribune2lartiste.com

 

Malgré une météo qui semble facétieuse, le FJ5C semble bien engagé et laisse entrevoir des soirées susceptibles de donner de la banane.