Marcus Miller, se déploie et rassure.

Le maçon se juge au pied du mur, nous enseigne l’adage. Cette maxime s’applique-t-elle aussi au musicien ? Juge-t-on le musicien sur scène ?Bien malin, celui qui répondra à la question…pourtant, elle revêt tout son sens.

Un an après la sortie d’Afrodeezia son onzième album studio, Marcus Miller continue de sillonner le monde et, avec la même passion, pour le faire désirer. Ceux qui ont eu l’occasion de l’avoir déjà vu défendre sur scène le projet Afrodeezia, peuvent-ils attendre autre chose, si l’occasion leur est offerte de le revoir ?

C’est à cette question que nous avons été confrontés, à la réception de l’invitation de Cheyenne Productions pour le concert du bassiste, qui a eu lieu hier au palais de congrès d’Angers ce, dans le cadre de sa tournée française. Qu’allons-nous découvrir que nous n’ayons pas vu de Marcus Miller dans ce projet et l’opération séduction qui lui est afférente ?

©Tribune2lartiste/Marcus Miller

©Tribune2lartiste/Marcus Miller

 

Nous n’allons pas chipoter, et qu’on se le dise, Marcus Miller est et reste une vraie machine de guerre sur scène ; un rouleau compresseur. Le public angevin, pour certains venus découvrir ou redécouvrir, le show était de taille, et Marcus Miller reste un géant ;en atteste le propos de ce spectateur à la sortie : Ça donne la banane en ces temps…et Marcus Miller est un Grand !

Le Afrodeezia Tour 2016 et en particulier hier 30 mars, c’est l’assurance de voir le pédagogue et chef d’orchestre Marcus Miller (basse, clarinette basse), diriger ses jeunes loups aux dents bien aiguisées. C’est découvrir d’autres personnalités telles que : Marquis Hill (Trompette) et Alex Bailey (Batterie), aux côtés des plus anciens Alex Han (saxophone) et Brett Williams (claviers). C’est cette générosité, ce sens du don de soi et cette envie de mettre les autres en avant, qui font de lui, un artiste immense au-delà de ses qualités techniques.

C’est voir Marcus Miller s’enraciner dans sa prospection des rythmes africains et les concocter à sa sauce, comme cette reprise de Soul Makossa de Manu Dibango…Faut-il donc revoir Marcus Miller dans son Afrodeezia Tour 2016 si l’occasion vous est offerte ? Oui ! Ce Miller est, nous le disions déjà en juillet 2015, Marcustouflant ! C’est un vrai killer !