Visa for Music 2016,une troisième édition couronnée de succès.

C’est samedi dernier que la troisième édition de Visa for Music a pris fin, donnant rendez-vous aux uns et aux autres pour l’année prochaine. Certains signes ne trompent pas. Ne dit-on pas que les yeux sont le reflet de l’âme ? Il y a deux jours, pendant que prestait le dernier groupe programmé au théâtre Mohammed V, sonnant quasiment la fin de l’édition de 2016, il n’y avait pas que les yeux, mais tout le visage du directeur fondateur, Brahim Mazned qui reflétait le chant de son âme. Affichant décontraction et arborant le sourire de tous les instants, celui qui habite et exprime le sentiment du travail bien accompli.

Au moment de la publication de cet article, nous n’avons pas encore les chiffres qui traduisent la réalité économique de cette édition. La vérité des chiffres étant différente et exprimant d’autres réalités ; sur un plan strictement organisationnel et de la subjectivité exprimée, on ne saurait contester le succès de la troisième édition de Visa for Music. C’est un fait acquis et le mérite en revient à tous les acteurs. Les petites innovations, les améliorations, les ouvertures vers…, tous les pans des activités autour de cette rencontre ont eu une valeur ajoutée aussi minime soit-elle.

©Tribune2lartiste/Brahim Mazned

©Tribune2lartiste/Brahim Mazned

 

Une vision, une ouverture vers les “petits”. L’organisation a compris qu’il faut également investir sur ceux qui sont appelés à devenir de très grands. La massive présence des petites et moyennes structures témoigne de cette politique d’investissement dans le futur. L’occasion ici, de souligner, l’excellence de l’agence de communication HK AFRIQUE DESIGN & COMMUNICATION basée à Rabat et dont l’excellence dans le travail est appréciée dans le royaume chérifien.

Plan scène, le finish de la troisième édition est, sans aucun doute, à considérer comme la référence en matière de prestation. C’était de la performance de haut vol, par des artistes qui ont su saisir la magie du lieu, du moment et également su capter le feeling du public marocain. Comme à l’ouverture, la fermeture au Théâtre Mohammed V était une apothéose.

sam_1424_edited

©Tribune2lartiste/Jokko

 

Du groupe Jokko (Maroc/Sénégal, Mauritanie, Mozambique) a la formation Labess (Algérie/Canada) en passant par Ba Cissoko (Guinée) et la performeuse Inna Modja (Mali), dans une salle survoltée et pleine à craquer, il a fait plus que chaud par des shows de haute volée. Inna Modja qui avait le désavantage d’avoir une formation moins étoffée en personnes (3 sur scène), a montré toute sa science de la scène et mis sens dessus-dessous, le théâtre. A l’image des showmen américains (Lucky Peterson…), elle a traversé le public, dansé et chanté avec lui. Nous y reviendrons plus tard. C’était du haut de gamme.

L’édition 2016 de Visa for Music, par sa grande qualité, vient de se lancer un sérieux défi. Réussira-t-il à le relever en 2017 ? C’est l’invitation qui nous est lancée par Brahim Mazned et ses collaborateurs, en passant par les bénévoles.

Inna Modja

©Tribune2lartiste/Inna Modja