BIS 2016, une réussite à bien des égards.

De l’aveu des chiffres communiqués par la direction et de notre expérience sur le terrain, la septième édition des Biennales Internationales du spectacle (BIS 2016) qui s’est tenue du 20 au 21 janvier, est une éclatante réussite. Affichant une augmentation de plus de 9% par rapport à la précédente édition.

346 exposants sur 5 espaces, tout a été pensé et fait de sorte que, dans ces BIS 2016, chacun des participants, sans grande débauche d’énergie et grâce à une signalétique bien conçue, trouve son compte en se dirigeant directement vers le lieu voulu.

©Tribune2lartiste.com/BIS 2016

©Tribune2lartiste.com

 

Des ateliers, des débats et des rencontres effectives entre différents acteurs, les BIS 2016 avaient été structurées de sorte que, de l’exposant au participant, il n’y ait pas une seule seconde pour s’ennuyer. Mais de tirer tous les avantages de la présence des 12286 professionnels du spectacle et acteurs de la vie culturelle présents pendant les 48 heures dans la ville de Nantes.
La Sacem qui a su offrir des scènes alléchées et stylistiquement ouvertes par le choix des artistes d’horizons divers certes, mais qui ont des choses à proposer. Nous y reviendrons un peu plus tard.

Atelier Jazz1

©Tribune2lartiste.com /Atelier sur le Jazz

 

Un bémol, et nous espérons que ceci sera pris en compte pour la prochaine édition qui aura lieu les 24 et 25 janvier 2018, l’espace presse qui était ni convenablement aménagé, ni convivial. Il était même une espèce de repoussoir. Il y a surement des raisons à cela. Vivement les BIS 2018 !