Omar Sosa rencontre les ancêtres via “Eggun”

En acceptant la délicate et très risquée tâche de célébrer le 50iéme anniversaire de l’enregistrement de Kind of the Blue lorsque la proposition lui a été faite par Joan A.Carach, Omar Sosa savait qu’il s’attaquait carrément à une institution, à une pensée, à un repère, au repère. Car, lorsqu’en 1939 Kind of the blue a été enregistré, il définissait en même temps le nouvel élan, le nouveau courant, la nouvelle orientation du jazz, impulsée par le maitre himself Miles Davis, l’incontournable John Coltrane et d’autres musiciens comme Bill Evans qui l’accompagnaient.

 

©Tribune2lartiste

©Tribune2lartiste/Omar Sosa

 

Embarqués dans l’aventure sous le nom “The Afri-Lectric Experience“, la diversité des musiciens qui accompagnent Omar Sosa dans le projet Eggun, dénote aussi de son cosmopolitisme rythmique, une de ses marques déposées. On notera également la forte présence dans cet album, des interludes, en signe d’invocation des ancêtres et traduisant l’ancrage dans les racines africaines du jazz.

Orné des motifs de Kind of the Blue, Eggun de Omar Sosa laisse la part belle à l’Afrique à l’instar du bassiste Childo Thomas, de Lionel Lokue (Guitare), mais surtout par la clôture de l’album avec le titre Calling Eggun qui, définitivement, rattache Omar Sosa à ses ancêtres…Un album qui s’adapte et se conforme au gré des instants en vous procurant le même effet de bien-être que celui qui habite son auteur. Quelques heures avant son concert, l’artiste et moi avons longuement échangé. Aussi causant qu’intarissable comme devant son piano, j’ai littéralement bu ses paroles, dont une partie ci-dessous, celle qui nous intéresse.

En écoute “Rumba Connection”
——————————————————————————————–
1- Quel est votre propre regard sur votre dernier album Eggun, sorte d’hommage à l’album « Kind of Blue » et d’une certaine façon aussi à Miles ?
——————————————————————————————–
2- Pourquoi Eggun et Comment se fait la connexion avec les ancêtres ?