Oxana Voytenko envoie « Amber Light », une luminosité qui nous vient de la Russie.

Tête aussi bien faite que pleine, Oxana Voytenko est aussi voix qui, lentement mais néanmoins surement, trouve sa place et sa voie dans l’univers du  jazz. Russe et musicienne professionnelle depuis 7 ans installée en Allemagne (Hanovre), Oxana Voytenko y a étudié la musique, avec option jazz.

Celle qui dit être inspirée par les Dianne Reeves, Betty Carter et autres Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald etc…a depuis quelques mois, mis sur le marché, un album au nom évocateur et bien nommé de : Amber Light, qui montre ses qualités d’auteur-compositeur de bon calibre.

Propos recueillis en allemand

Amber Light, un condensé musical de 9 pistes, dans lequel Oxana Voytenko nous introduit dans le modern Jazz comme elle qualifie sa musique. De sa voix suave, elle aiguise notre curiosité à aller au-delà des clichés et à aller chercher la musicalité de sa langue (russe) pour en savourer. C’est également l’occasion de découvrir l’excellent pianiste Vadim NESELLOVSKYL qui, par des séquences de fulgurances solos, nous captive. Amber Light, un coup d’essai qui traduit toute la maturité d’une artiste qui sait où elle va.

©Oxana Voytenko/Tribune2lartiste.com

 

Mais ce qui le plus est admiratif chez Oxana Voytenko, c’est la détermination, l’entrain qu’elle met à défendre son produit. Le courage, la détermination, l’envie dont elle a fait montre, 3 jours durant au JazzAhead, toute seule, pour défendre son projet. A aborder tout le monde, à intéresser sur son produit. Cette phase inquantifiable de certains aspects du travail, mérite tout le respect, en plus de la qualité du produit lui-même. Pendant 3 jours et sans relâche, elle est allée au charbon…Elle a surement essuyé des frustrations, des échecs, mais n’a rien lâché. Mais elle a également connu des réussites, des succès dans cette démarche.

Amber Light est aussi audacieux que lumineux, un album qui porte toute la symbolique du beau, du bon et de la détermination, par une artiste talentueuse.

En écoute, « Amber Light »: