Richard Bona et Mike Stern dans l’arène ce soir au Club Bonafide.

Ce 11 aout, la fusée – ou devrait-on dire la bullet, aimant s’identifier à l’objet pour sa célérité – se lancera depuis le 212 East 52nd St New York, NY 10022, aux États-Unis. Le camerounais d’origine, Richard Bona (bassiste, chanteur, auteur-compositeur) lance parmi tant d’autres projets qui lui tiennent à cœur, son club de jazz : Club Bonafide. Et pour la première représentation, c’est avec Mike Stern, qu’il a choisi de se produire sur scène et officialiser ainsi l’ouverture de son club.

Ceux qui de près ou de loin suivent l’activité de ce musicien multi talentueux, savent qu’au-delà de ses compétences musicales qui ne font aucun doute auprès des musiciens et des mélomanes avertis, il passe néanmoins chez une certaine corporation, pour un agitateur, un vrai empêcheur de tourner en rond. C’est à se poser la question de savoir si le fait de se surnommer Ninja, ne trouble-t-il pas le sommeil de ses accusateurs. Dans tous les cas, Richard Bona, une fois de plus, donne un sacré coup de pied dans la fourmilière.

Bona_Stern

@Richard Bona, Mike Stern (c) all rights reserved

 

Dans ce qu’il considère comme restituer à l’artiste le fruit de son travail et ce faisant, sa dignité, le bassiste semble parti avec le lancement du Club Bonafide dans un autre combat. Mais, un combat qui en vaut la peine, lorsqu’on connait le traitement infligé aux artistes musiciens dans certains clubs de jazz ou ailleurs.

Le Club Bonafide sonnera pour certains comme un acte d’apostasie; mais pour les musiciens, certainement une bonne bouffée d’oxygène, si l’on s’en tient aux dires de son propriétaire, et on y croit.

Tout sur le club bonafide: http://clubbonafide.com/