Randy Weston a présenté son autobiographie.

Un lieu, une personnalité. Deux symboles de l’excellence et de l’indépendance, deux fiertés, deux icônes du combat pour la dignité et de l’affirmation du pouvoir et du savoir d’un peuple, le peuple Noir.

Samedi dernier, c’est au 25 bis, rue des écoles à Paris, dans la très célèbre librairie PRÉSENCE AFRICAINE, que le célèbre et la légende vivante Randy Weston est venu présenter son autobiographie:Randy Weston-African Rhythms. Le choix du lieu pour la présentation de son autobiographie est loin d’être anodin, lorsqu’on analyse la trajectoire du géant de Brooklyn, du haut de ses 90 printemps et de ses 200 cms et plus.

©Randy Weston/Tribune2lartiste.com

©Randy Weston/Tribune2lartiste.com

 

Pendant près de 2 heures, l’un des plus africains, sinon le plus africain des musiciens afro-américains a échangé avec le public venu nombreux pour la présentation de ce qui est, plus qu’une autobiographie, un legs.
Dans ce pavé de 422 pages, le conteur de Brooklyn livre tout ce qui, durant ses 90 printemps, a été et reste le fil conducteur de son action.

Ainsi Randy Weston : Mon existence me dicte que la fierté d’être un homme noir l’emporte même sur l’importance de la musique dans ma vie ; même si je ne jouais pas de la musique, je lutterais pour le peuple noir. La musique a été, pour moi, un moyen d’exprimer mon combat.

En attendant le double album « The African Nubian Suite » qui paraitra dans quelques jours, plongez dans “African Rhythms “, pour davantage cerner celui qui, avec le temps est devenu conteur et ne s’est jamais vu comme musicien de jazz, mais se sert de la musique pour raconter des histoires.