Lisa Simone illumine le parc Vissoir par sa grâce, son empathie et sa maitrise scénique digne des grands performers.

Ce n’est pas très souvent que l’on croise sur scène, des artistes conjuguant autant de qualités, qui irradient avec autant d’intensité, comme cela est, et a encore été le cas hier soir au parc du Vissoir, dans le cadre des Estivales de Trélazé, avec Lisa Simone.

Faut-il s’en étonner ? Oui quand-même, et c’est en cela que Lisa est une grande artiste ! Réussir à se créer son univers propre et ne plus être vue, ni jugée à l’aune de Nina Simone, le combat n’était pas gagné d’avance. Car même si elle est bien la fille de sa mère (une des plus grandes figures du jazz de tous les temps, décédée en 2003) ; assumer l’héritage de cette dernière demande d’autres aptitudes que la simple filiation.

©Tribune2lArtiste.com/Lisa Simone

 

Huit ans après ses premières apparitions européennes et deux magnifiques albums « All is Well » en 2014 et « My world » en 2016 qui finissent d’asseoir sa marque : un alliage de puissance vocale et sensualité ; c’est sur la scène que Lisa se révèle être davantage une sacrée cliente. La belle y est bête et à l’aise comme le poisson dans l’eau. Elle y prend autant de plaisir qu’elle en distribue et se dépense avec générosité.

©Tribune2lArtiste.com/Herve Samb,Lisa Simone, Reggie Washington, Sonny Troupé

 

Encadrée par des artistes chevronnés (Hervé Samb (guitare), Reggie Washington (Basse) et Sonny Troupé (Batterie)) et dont le plaisir d’être ensemble est palpable tant dans les attitudes que dans le jeu, Lisa performe. De sa voix, elle se balade dans les univers musicaux avec assurance et autorité. Elle allie classe, grâce, efficacité et espièglerie. Elle illumine parfois par des fulgurances vocales, par la beauté de ses mouvements…, bref, du spectacle bien vivant. A l’image de cette reprise, hommage à sa maman :Ain’t Got No